The Revenant (Le Revenant)

REVENANT_SPLASH_3547282c

Into the wild

Des étendues à perte de vue, une faune hostile, des paysages à couper le souffle… Il ne fait aucun doute que The Revenant (Le Revenant) s’adresse plus particulièrement aux amoureux de la nature et du genre « survival ». Alejandro González Iñárritu y dépeint une Amérique profondément sauvage au travers des mésaventures du trappeur Hugh Glass. Le rendu est impressionnant. Les plans sont somptueux et s’enchaînent. Des plans qui vous feront vite oublier le manque cruel parfois de dialogues et certaines longueurs : un lever de soleil sur les montagnes du Dakota du Nord, une forêt dense de gigantesques sapins en pleine tempête, un lac immense gelé au crépuscule… La pureté des environnements est un véritable plaisir pour les yeux et les plus sensibles se surprendront probablement à verser une larme ou deux. Un sentiment de pureté renforcé par le blanc de l’hiver, omniprésent tout au long du film. Un blanc divin qui tranche nettement avec les dangers qui peuplent cet univers.

Léonardo Di Caprio, un Liam Neeson ++ ?

L’univers dans lequel évolue le personnage principal est sans merci. Une attaque d’ours des plus virulentes, la perte d’un enfant, la faim, le froid, une chute à cheval vertigineuse du haut d’une falaise… Cheval dans lequel il passera la nuit après l’avoir éviscéré! On pourrait parfois même en venir à douter de la véracité de ce récit basé sur des faits réels. Léonardo Di Caprio n’a ici rien à envier à Liam Neeson dans The Grey. Ames sensibles s’abstenir, le manteau immaculé de l’hiver prend à de nombreuses reprises une couleur pourpre et les scènes « visuelles » sont assez fréquentes.

Verdict

Sans pour autant révolutionner le genre établi par ses prédécesseurs, The Revenant parvient tout de même à tirer son épingle du jeu, notamment par la beauté des paysages proposés. L’absence de longs dialogues et l’enchaînement des scènes en milieu sauvage vous plongeront rapidement dans un monde de solitude. Une solitude que l’on se surprendra à trouver à la fois jouissive et oppressive. Si ce que vous recherchez est de l’adrénaline, de l’action et des rebondissements, il vous faudra frapper à une autre porte. The Revenant est d’une savoureuse simplicité, d’une pureté perverse, et vous fera redécouvrir vos instincts les plus primitifs. Man versus wild!

 

Illustrations : http://flixfry.com

 

Publicités
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s